Un été indien

Lu, vu, entendu


Lu : Sortie du jeu de société «Evopoly ». Lors de cette période d’achats de Noël, un jeu est très prisé ici. Il s’agit du concept du monopoly adapté à la réalité bolivienne. A la place des rues parisiennes, on achète des maisons et des hôtels dans des lieux touristiques boliviens permettant aux enfants de se rendre compte de la diversité et de la richesse touristique du pays grand comme 3 fois la France. Des cartes « hasard » ajoutent également des évènements typiquement boliviens comme la carte « plan chuquimata». Vous avez été contrôlé en état d’ébriété au volant de votre voiture, allez à la case prison sans toucher 20 000 B$. Une autre carte vous propose d’entrer dans le trafic de cocaïne. Si vous l’acceptez, vos gains seront beaucoup plus rapides mais vous risquez de tout perdre lors du prochain contrôle de police. Vous pouvez bien sur la refuser.
Une vision quelque peu capitaliste et moralisatrice de la vie moderne bolivienne. Pas sûr qu’elle plaise au président bolivien dont son prénom a été utilisé par ce jeu de société !

Vu : Une offrande à la « PachaMama », la Terre- Mère. Dans les croyances des peuples indigènes, la terre est considérée comme une divinité à la fois nourricière et source de vie.
Lors de l’inauguration de « l’Institut de la démocratie interculturelle », une cérémonie traditionnelle a été réalisée. Une nappe est dressée avec les symboles de ce qui est produit grâce à la terre : eau, feuille de coca, pain, vin, bière, rhum, laine, tissu,  baguette de bois, etc… un indigène est  responsable du rituel et bénie par ses prières chaque élément offert à la Pachamama. Ensuite, un fœtus de lama, symbole de fertilité passe entre les mains de toutes les personnes présentes afin que chacun participe à l’offrande. Enfin, le tout est brûlé et s’élève dans les airs.

En 2012, la Bolivie a adopté une loi-cadre sur la Terre-Mère faisant du principe de « l’harmonie avec la nature » et des droits sacrés de la terre nourricière l’un des axes de sa diplomatie. Chaque année, lors du sommet des Nations-Unies, Evo Morales défend la Terre-Mère comme une représentation sociale de l’environnement, un bien commun qu’il s’agit de préserver. Lors du Sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique, Morales a proposé un référendum pour voter le principe d’un tribunal international climatique respectant les droits de la Terre-Mère. La Bolivie est le seul pays à ne pas s’associer aux conclusions du Traité de Cancun déplorant le concept d’économie verte comme une nouvelle offensive au capitalisme.

Vu : A Uyuni, tout est prêt pour l’arrivée du Dakar. Le marketing, les auto-collants sur motos et voitures, les T-shirts… Même les banques qui parient sur ce premier passage du Dakar pour développer  la ville sont près à voir passer les « 500 conards sur la ligne de départ  » comme dirait Renaud.

Vu en Bolivie :


Cette entrée a été publiée le 21 décembre 2013 à 4 h 19 min et est classée dans Bolivie, Lu, vu, entendu. Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

2 réflexions sur “Lu, vu, entendu

  1. Ouaaaah ! Comment rester sans voix devant les aventures de Martine et son amoureux ^^

  2. Le , Mijane, Elisabeth, Louis-Marie, et Pierre a dit:

    Bonjour du Voide !

    Que c’est beau dit Mamie ! Nous restons émerveillés par vos belles photos. Les paysages sont magnifiques ! La photo du désert de sel est arrivé à bon port ! Et nous vous souhaitons un bon Noël sous 30°C !

    Bisous de 🙂

Répondre, discuter, réagir ...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s